Accompagnement occupationnel et observation


Sombaille 6
2300 La Chaux-de-Fonds
Tél. +41(0)32.967.71.35
sombaille.jeunesse@sombaille.ch


Téléchargement
Voir le document complet

FICHE SIGNALÉTIQUE

Lieu Le groupe des Primaires réside à la Maison d’Enfants, à Sombaille 6, en cohabitation avec le groupe des Secondaires.
Public Selon indication de l’Office de la Protection de l’Enfant (OPE), tout enfant scolarisé âgé de 6 à 11 ans.
Mission Ce groupe accueille des enfants en difficultés familiales, à moyen et long terme, mais au minimum une année, dans le but d’une réinsertion familiale.
Type de suivi Internat
Capacité d’accueil 9 places
Équipe éducative Composée de 5 éducateurs titulaires (pour l’équivalent de 3.75 EPT), d’un intervenant familial (pour l’équivalent de 0.25 EPT) et parfois d’un stagiaire, elle travaille en étroite collaboration avec la direction pédagogique.

PHOTOS

Portrait

La vie dans le groupe des Primaires est rythmée par l’école, les repas et des rituels propres à chaque phase de la journée (un moment calme avec une histoire lors du coucher, par exemple). Au vu du vécu familial difficile des enfants accueillis à la Fondation Sombaille Jeunesse – Maison des Jeunes, la mise en place d’un cadre stable et sécurisant constitue un élément fondamental de l’accompagnement qui leur est offert.

Étant donné l’âge des enfants du groupe des Primaires, une grande partie du suivi consiste en l’apprentissage des gestes simples du quotidien, tant individuels (hygiène, habillement, etc.) que communautaires (savoir-être à table, services, etc.).

L’accent est également mis sur le soutien scolaire. Chaque après-midi, dès la rentrée de l’école et après les 4 heures, les enfants font leurs devoirs avec l’aide des éducateurs. Ces derniers s’entretiennent aussi régulièrement avec les enseignants afin d’accompagner au mieux les enfants dans leur scolarité.

Des activités comme de la cuisine ou du bricolage sont proposées aux enfants lors des temps libres. Le mercredi après-midi est l’occasion d’une activité de groupe, souvent à l’extérieur. Les fêtes sont des moments propices à des animations spécifiques (confection d’œufs de Pâques, de biscuits de Noël, célébration des anniversaires, etc.), toujours appréciées. De plus, les activités sportives ou culturelles à l’extérieur du groupe sont vivement encouragées. A titre d’exemple, cela fait plusieurs années que les enfants qui le souhaitent participent au BCN Tour avec enthousiasme ou que des conteuses nous offrent une soirée contes pour les groupes des Primaires et des Secondaires. En outre, la plupart des enfants participent assidûment à la Lanterne Magique et vont ponctuellement au théâtre ou au cinéma avec les éducateurs.

Une grande part de l’action éducative se rapporte à la gestion des conflits, générés par la vie en communauté et parfois exacerbés par le parcours difficile des enfants. Chaque situation est reprise et discutée avec les personnes concernées. Les éducateurs essaient d’inciter les enfants à parler avant tout et à demander de l’aide aux adultes si besoin. Puisque chaque enfant rencontre des difficultés personnelles liées à son historique, les valeurs telles que la tolérance, le respect de la vie privée et le droit à la différence sont au cœur de l’approche pédagogique. Malgré la nécessité de gérer les problématiques de groupe, les éducateurs tentent d’axer leur travail sur une pédagogie individuelle et une prise en charge personnalisée.

Chaque semaine, l’éducateur de référence s’entretient 30 minutes avec chaque enfant dont il a la référence afin de se faire une idée de la manière dont il se sent dans tous les aspects de sa vie (famille, amis, école, etc.). Mettre des mots sur les difficultés permet souvent de les faire évoluer. À cette occasion, l’éducateur peut réexpliquer ce qui s’est dit dans les réunions avec l’équipe éducative et s’assurer que l’enfant comprend la situation et les éventuels changements qui ont lieu. Il s’agit aussi d’un moment privilégié où l’éducateur ne se consacre qu’à un enfant et où un lien affectif peut se créer ou se consolider.

Le groupe des Primaires et la Pensée Neurosystémique et Pratique (PNP)

Les entretiens individuels permettent de diminuer sensiblement les tensions et de désamorcer les conflits en agissant de manière préventive. Lors de ces rencontres, des « petits outils », comme un baromètre des humeurs ou des techniques d’entretien pour mettre des mots sur des sujets dont les enfants ne souhaitent pas parler, facilitent grandement cette démarche.

La valorisation positive, pratiquée de manière plus assidue depuis la formation en PNP, s’avère aussi très bénéfique. En mettant en avant les ressources des enfants même dans les situations difficiles, tout en suggérant des possibilités d’utiliser ces ressources de manière (plus) adéquate et positive, elle favorise la restauration d’une image de soi valorisante et aide à créer un climat plus serein au sein du groupe. Dans cette démarche compréhensive, le fait de considérer les comportements fâcheux comme des symptômes de besoins carencés (qu’il s’agira de mettre au jour et de travailler lors des entretiens individuels notamment) constitue une grande aide.

Les rencontres en trio, également instaurées suite à la formation en PNP, sont riches et offrent à chacun une vision plus globale de la problématique de l’enfant et de sa famille. De plus, le retour de l’intervenant familial quant à la situation des parents permet une approche plus compréhensive des comportements des parents (eux-aussi des symptômes), ce qui facilite les relations entre eux et l’équipe éducative. Celles-ci se sont d’ailleurs sensiblement améliorées et détendues depuis la mise en place des phases préalables à l’admission, qui permettent de voir la procédure de placement comme une collaboration en vue d’une amélioration de la situation. Cette approche commune soustrait l’enfant aux éventuels conflits de loyauté invivables dans lesquels il risquerait de se trouver sinon et simplifie ainsi le travail des éducateurs.

EN SAVOIR PLUS
Cliquez pour voir plus